Rognac

57ème salon des Artistes Peintres Amateurs de Rognac

Date incontournable de la vie culturelle rognacaise, le 57ème Salon des Artistes Peintres Amateurs s’est déroulé au Centre d’Animation Municipal Georges Batiget du 2 au 7 février 2018.
62 peintres ont participé à cette édition, des artistes venus de Rognac et de toute la région pour présenter leurs œuvres et 16 prix ont été décernés.

Plusieurs prix pour différentes techniques 

Trois prix ont été décernés pour la catégorie « huile/acrylique », trois prix pour la catégorie « aquarelle/gouache », trois prix pour le « dessin/pastel », puis un prix pour la catégorie « autre technique mixte ». A ces prix se rajoutent trois « mentions spéciales du jury » ou « coups de cœur » et le prix des peintres (les artistes en compétition ont tous voté pour l’élire). Enfin, le prix du peintre de la Ville, qui récompense le meilleur tableau réalisé par un artiste rognacais, et le prix des jeunes, décerné à l’unanimité. Félicitations à tous les participants !

 

PALMARES 2018

Mentions spéciales du Jury

Marie-Agnès WOLFF – « Pissenlit » obtient une mention spéciale du jury

 

Maryline HUMBRECHT – « A l'abri » obtient une mention spéciale du jury

 

Enzo CHAILLE – « L'Eléphant » obtient une mention spéciale du jury

 

Catégorie dessin/pastel

Marilou DEBORD – « Mandrill » obtient le 1er prix dessin/pastel

 

Nathalie FOULQUIER – « Carnavalesque 2 » obtient le 2ème prix dessin/pastel

 

Monique ADAM – « Sous la neige » obtient le 3ème prix dessin/pastel

 

Catégorie aquarelle / gouache                 

Pascale BONJEAN – « L'Africain » obtient le 1er prix aquarelle/gouache

 

Jean-Marie LECOIX – « Vernissage » obtient le 2ème prix aquarelle/gouache

 

Dominique PHILIBERT – « Corse » obtient le 3ème prix aquarelle/gouache

 

Catégorie huile/acrylique           

Nadine SUMA –«  Naissance Automnale » obtient à l’unanimité le 1er prix huile/acrylique

 

Jacqueline ROUSSIN – « Colline de l'Estaque » obtient le 2ème prix huile/acrylique

 

Martine BOYER – « Caygnon » obtient le 3ème prix huile/acrylique

 

Vanina BIOLLAY –«  Journal de Vie » obtient le prix « autre technique mixte »

Marilou Debord – « Le Lion » obtient le prix des peintres

Florence FOULON – « Sous Bois » obtient le prix du peintre de la Ville

 

Ethan COURTES – « L'aigle mécanique » obtient, à l’unanimité et avec les félicitations du jury, le prix des jeunes

 

LE JURY 2018

Président du jury : Nicolas COQUEMA

« Il a tout d’abord fui le monde de l’art et plus précisément les études qu’il faisait dans ce domaine. Ce qu’il attendait humainement de ses rencontres et le besoin de se construire n’y était pas. Il se tourna alors vers  un parcours universitaire en ethnologie qui lui a offert une nouvelle vision du monde. Et depuis 10 ans, il exerce une profession dans un tout autre domaine qui est celui  du soin et plus précisément des addictions. Un métier l’amenant à intervenir en milieu carcéral et dans bien d’autres domaines où l’humain est prédominant. Son parcours universitaire et professionnel lui amena enfin ce qu’il recherchait. Il découvrit la beauté au travers des blessures, des imperfections, des failles, des écorchures et des cicatrices.

Ses toiles parlent toutes de lui, de son enfance, de ses souvenirs, de ses amours, de ce qu’il est et de ce qu’il vit au quotidien dans son métier, de son passé et de son avenir. Elles sont comme lui et ses rencontres, désorganisées et pleines d’imperfections. Elles évoquent ses envies, ses désirs, ses souvenirs, ses espoirs, ses questions. Les larmes et les cicatrices n'expriment pas forcément la souffrance mais bien plus la résistance, la résilience et l'histoire de chacun.  

Ses toiles accumulent des idées et ne sont au fond jamais terminées. Ses outils sont l'acrylique, le dessin sur papier, les bombes aérosols et les feutres. Ses dessins sont ensuite déchirés, bombés et colorés. Les feutres lui permettent d'ajouter les mots qui lui viennent à l'esprit, de raconter ses histoires ou ses idées. Ses toiles sont constamment en évolution ; sous chaque toile réalisée il y a sans doute une dizaine d'autres idées. C'est pour cela qu’il reste sur l'idée que ses toiles sont "like a wall"...comme un mur sur lequel il peut se permettre de tout changer....ajouter, supprimer ou effacer tant qu’il n’est pas satisfait ».                                           

 

 

 

 

Invité d'honneur : Laurent DOMENY nom d'artiste ELDEKAN

« Laurent DOMENY de nom d’artiste « EldeKan »,  est né à Marseille en 1967. Très tôt, il voue un attrait particulier pour l’art, et particulièrement pour la sculpture. Originaire des Hautes Alpes, il passe une partie de son enfance chez son Grand-Oncle, forgeron Maréchal ferrant. Une passion du métal naît alors, et ne le lâchera plus. Les années passant il s’exerce à prêter ses services et son art dans divers domaines, photographie, décoration et architecture.

L’année 2011 fut un grand tournant dans sa carrière. La visite des grandes expositions de Bernard Venet en France, le libère de sa propre créativité. De là, il expose pour la 1ère fois en juin 2012 et obtient le 1er prix de sculpture. Il participe également au Salon International de l’Art Contemporain depuis 2013, et expose dans de nombreuses galeries à Marseille, Avignon et Paris. En 2015, EldeKan a participé à la biennale internationale de sculpture de Montreux en Suisse où son œuvre «Renaissance» a été exposée durant 3 mois sur les rives du lac Léman.

Son inspiration est bivalente. L’artiste exploite de vielles pièces, récupérées là où son âme vagabonde et le porte, qu’il détourne dans un espace et des formes nouvelles. EldeKan, fasciné par l’Art contemporain, interprète également les volumes, l’équilibre, l’espace, le mouvement,  et les jeux de lumière, par un travail singulier sur le métal brut, de plus en plus dirigé vers les cubes d’acier.

Ses collaborations avec des artistes peintres, et particulièrement avec Nicolas COQUEMA, lui permettent de chercher des lignes et formes nouvelles au travers de créations répondant ou dialoguant avec leurs peintures.

Il invite le regard et l’esprit à d’autres possibles, en nous offrant une autre lecture de l’ordre établi. Au travers de ses œuvres, il nous propose de poser un regard neuf sur un monde tangible ».                                                                  

 

 

 

 

 

Membres du jury : Isabelle PEIRONE et Ghislaine ARNETTE

Isabelle PEIRONE

« Le regard s'arrête, l'esprit s'évade, le relief vous chavire...

Née en Belgique en 1974, après des études de  commerce dans son pays natal, Isabelle choisit d'abandonner une route toute tracée. Elle migre vers le Sud de la France et son soleil. Autodidacte donc, mais passionnée, instinctive et indisciplinée,  son univers sera, comme une évidence , celui de l'ABSTRAIT.

A partir de 2009, elle obtient la reconnaissance de ses pairs dans divers concours régionaux et décide de se lancer à plein temps dans l'aventure. Sa réussite dans divers grands salons et galeries en France et à l'étranger la conforte dans cette voie.

En artiste sensible, elle apprivoise les matières, mêle les couleurs et courtise la lumière avec élégance. Guidée par un instinct pur, Isabelle crée un imaginaire abstrait très particulier, vivant.

Derrière des aplats rectangulaires et graphiques vous y devinerez bien des choses... Cet abstrait la détend, la provoque, dit-elle, mais au final l'envahit passionnément.

Sa peinture vous emmène loin, très loin, dans des recoins insoupçonnés de vos pensées, là où le temps est suspendu. Laissez s'égarer votre esprit dans les méandres de l'abstrait, on y fait parfois de surprenantes rencontres… »

 

 

 

   

 

 

 

 

 

Ghislaine ARNETTE

« A l’écoute de la musique, au gré de mes crayons et pinceaux, je me laisse guider vers une destination inconnue… Puis spectatrice, je découvre un monde où mes émotions et sentiments ont pris forme.

En peinture comme en dessin, je ne désire pas savoir ce que je vais réaliser. Il m’arrive exceptionnellement de dessiner ou de peindre d’après le sujet, mais il me faut vite le détourner de sa réalité.

C’est tout mon parcours, mes expériences artistiques qui servent mon inspiration : professeur de danse orientale pendant 14 ans, licenciée en arts plastiques,  graphiste, illustratrice et styliste autrefois ; le plaisir du trait a toujours été depuis mon enfance. La peinture est venue plus tard avec mes études. Je suis revenue au dessin, à la peinture, après quelques années consacrées à la danse, réalisant que chez moi tout est lié, et le tout m’est indispensable.

En musique je danse, chaque geste est comme un trait, une courbe, une couleur, un sentiment, couché sur du papier ou une toile…

En musique je dessine et je peins chaque trait, couleur, nuance se sont laissés guider par elle, comme une danse de l’esprit… »

 

 

 

 

 
 
Haut